PUZZLE : Cheval minier / SON : Germinal – Episode 9

Au d√©but de l’exploitation des mines de charbon industrielles, seuls les hommes descendaient dans la mine. Durant toute l’√®re pr√©-industrielle, les chevaux ne sont utilis√©s qu’en surface. Tous les travaux au fond des galeries se faisaient √† la seule force musculaire des hommes. Ainsi, les portage se faisaient √† dos, le trainage et le roulage des wagonnets et des tonneaux √† la force des bras. La machine √† vapeur, pourtant d√©j√† en service et import√©e en France vers 1800, ne peut pas √™tre mise en Ňďuvre dans l’environnement confin√© des galeries. Les risques d’explosion √† cause du grisou y sont trop importants.

Mais au d√©but du 19e si√®cle, la demande en charbon augmente. Les compagnies mini√®res d√©cident alors d’avoir recours √† la traction animal dans les puits. Le premier cheval de fond fran√ßais est descendu dans les galeries en 1821 √† Rive-de-Gier dans la Loire. Les mines du Nord descendent leurs premiers chevaux en 1847 √† Anzin (cf. le puzzle de la fosse de Chauffour – Germinal – Episode 6).

Les chevaux mais aussi les poneys (notamment en Angleterre) deviennent des auxiliaires des mineurs en tirant les berlines (ou wagonnets). Pour √©viter qu’ils ne s’asphyxient, les chevaux √©taient descendus en position verticale. Avant leur descente, ils √©taient entrav√©s des quatre membres (pour √©viter qu’ils ne se blessent), sangl√©s √† un harnais solide ou suspendus dans un filet, puis descendus dans les galeries gr√Ęce √† un c√Ęble en acier. Un bandeau √©tait parfois plac√© sur leurs yeux pour √©viter qu’ils n’aient peur.

Au d√©but de l’utilisation des chevaux, ces-derniers, une fois en bas, √©taient rarement remont√©s des galeries souterraines. L’op√©ration de descente √©tait tellement difficile et d√©licate, on √©vitait de la reproduire trop souvent pour limiter le stress aux chevaux. Un cheval de fond pouvait ainsi vivre de 10 √† 20 ans au fond des mines. Certes, ils √©taient bien trait√©s par les mineurs, mais les rudes conditions de travail les exposaient, comme pour les hommes, √† des blessures et de nombreux dangers.

En 1920, en France, chaque compagnie mini√®re poss√©dait environ 500 chevaux. En 1926, 10.000 chevaux travaillaient au fond des mines. A partir de 1936, avec les premiers cong√©s pay√©s, les chevaux des mines b√©n√©fici√®rent aussi d’une semaine de vacances par an durant laquelle ils √©taient mis au pr√©.

Petit √† petit, les chevaux seront remplac√©s par des locomotives √©lectriques dont l’usage se d√©veloppe d√®s le d√©but du 20e si√®cle.

C’est en 1969 que le dernier cheval des mines est remont√© des galeries fran√ßaises. Le cheval n’y sera alors plus employ√©.

Pour en savoir plus sur les chevaux dans les mines, je vous invite à consulter la page wikipédia qui leur est dédiée : page wikipedia sur les chevaux des mines.

Le puzzle du jour repr√©sente la gravure de la descente d’un cheval. N’h√©sitez pas √† changer la couleur du fond du plateau sur lequel le puzzle est r√©alis√© pour augmenter le contraste avec les pi√®ces.

Descente d’un cheval minier – artiste inconnu

Durant ce 9e¬†√©pisode de Germinal ‚Äď Emile Zola, la plupart des charbonniers gr√©vistes c√®dent √† la pression et acceptent de redescendre dans la mine.

Cet épisode est le neuvième épisode du feuilleton radiophonique en 10 épisodes réalisé par Baptiste Guiton et adapté par Pauline Thimonnier pour France Culture. Retrouvez toutes les fictions de France culture ici.

Germinal – Emile Zola – Episode 9 – Sabotage

Résumé : Après presque 3 mois de grèves, affamés, endeuillés, à la demande de la compagnie qui leur promet de faire des efforts et de renvoyer les ouvriers belges, la plupart des charbonniers grévistes décident de retourner à la mine. Au Voreux, Catherine a décidé de redescendre. Etienne, par amour et désespoir, la suit au fond du puit.

Caractéristiques du puzzle : 130 pièces avec rotation.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :-)

Laisser un commentaire